Un petit bout d'histoire...

C’est le 21 mars 1975 que commence l’aventure Vétérans.

A l’époque , il n’est question que de football. Les débuts furent difficiles : pas d’équipement, pas d’infrastructure et peu de moyens. Pourtant, plus de 25 ans après notre premier match à Amermont, il existe toujours une équipe de foot de Vétérans qui chaque samedi s’adonne à son sport favori.

C’est en 1977, sous l’implusion de Jules Defosse, que nous allons participer pour la première fois au Laetare. Notre thème pour ce premier cortège fut « Les Ramons ». Ceci explique le sigle qui caractérise notre société, un footballeur tenant un balai.

C’est à la même époque que nous participons à la fête ardennaise avec notre fameuse roulette de la tombola. C’est aussi à ce moment que notre premier souper se déroule dans les installations du F.C. Bellevaux.

Dans les années qui suivront, nous allons organiser la journée des Vétérans. Nous allons aussi faire notre premier barbecue (Wannerenval) avec les promenades qui le précèdent. C’est aussi le départ de notre tournoi ainsi que les voyages. Bien des choses se bousculent dans nos souvenirs. Il faut aussi rappeler nos participations à l’Auto-Rétro, au barbecue d’Odrimont, à la tenue des entrées et des bars à la fête de Wanne, au Mama Roma Show, à la St Nicolas des enfants. Bien plus tard, nous allons organiser les concours de couyon ainsi que « Lu fièsse ozès Marlènes ».

Au laetare 2001, nous allons célébrer le 25e anniversaire de notre participation au cortège. Là aussi, bien des souvenirs se bousculent.

Pensez donc, c’est en plein air, du côté de la gare que nous avons construit notre premier char et que nous avons élaboré les énormes ramons qui ouvraient le cortège. Nous étions 37 participants, et croyez-moi nous étions loin de nous douter que 25 ans plus tard, nous aurions notre propre bâtiment et que beaucoup seraient encore là pour témoigner.

La deuxième année, avec la révolution française, c’est sur l’ancien circuit que la construction de la guillotine se réalisa. Par la suite, ce fut dans l’entrepôt de Jean Collin et ensuite à la ferme Counet que l’équipe char concrétisa ses différents projets. Les habitués de char pourraient vous narrer des tas d’événements et d’anecdotes. Ils pourraient aussi vous conter les conditions pénibles de froid et de peu de moyens dont ils disposaient. Mais jamais au grand jamais, ils n’eurent soif. Il y a eu des breaks mémorables, mais aussi les tasses de café et les goûters de Madame Counet.

Que dire aussi de ces dames qui au début ont mobilisé leur maison pour couper, coudre et aider à la réalisation des costumes. Le groupe étant plus nombreux, elles ont pu bénéficier du local des Artisans avant d’enfin se retrouver dans le salle du Pré Messire. Si la création de la société, une seule personne coupait, actuellement, c’est près d’une quinzaine d’épousesqui se chargent de cette mission. Ah, si les ciseaux pouvaient parler, nul doute qu’eux aussi ont bien des souvenirs !

Notre point fort lors des divers Laetare a toujours été l’animation. Souvenez-vous du Luc Varenne du Tour de France en 1981, du petit Tatane en cul de jatte sous les Ponts de Paris, d’Oswald sur son âne en 1986 dans les rues de Mexico, du grand Jacques en matrone gitane, des pères blancs lors du safari de 1990, du petit train de Machu Pichu, de la légion de la Rome antique. Bien d’autres gags et anecdotes pourraient être citées. Il y a aussi la sortie du lundi avec « Stavelot et ses cafés », le bal du Comité des Fêtes avec la proclamation de srésultats. Ceci n’est bien sûr que la partie visible de l’iceberg, car bien des heures furent consacrées à la préparation, bien des kilos de peinture utilisés, bien des problèmes résolus, bien des mètres de tissus coupés et assemblés, bien des casiers bus.

En 2002, nous étions parmi les acteurs du 500ème Laetaré. Si des générations de Stavelotains ont célébré cette fête du printemps, cette réjouissance laïque où jeunes et moins jeunes s’amusent dans une même communion. Nous veillerons donc par notre participation, par notre entrain, par notre animation et par notre esprit frondeur à maintenir cette tradition qui fait notre fierté.

De société de fait lors de sa création, elle est devenue une A .S.B.L. le 15 juillet 1993 et c’est en 1999, que nous avons construit notre local. Cette construction a mobilisé bien des énergies, elle a aussi permis de souder l’équipe présente. Souvenirs déjà que cette aventure. Pourtant, il faut des souvenirs comme ceux-là pour construire notre avenir.

Et l’avenir de notre société passera par le travail de ses membres, par la tolérance de chacun, par l’amitié et le plaisir de se rencontrer et fêter ensemble.

Haut de page